top of page
Rechercher

Retour aux sources !




Beaucoup d’entre vous se sont sans doute étonnés de mon silence depuis plus d’un an, tant sur mon site Internet que sur mon blog. La raison n’était pas un abandon de mon activité ni un rejet de la société, une désillusion professionnelle et encore moins un désir de fuir. Mais vous connaissez toutes et tous mon grand besoin d’espace, mon goût paradoxal de la solitude mêlée au plaisir des rencontres. Or l’enfermement progressif propre à la vie citadine ne me le permettait plus, même à La Châtre, petite cité dans laquelle j’ai vécu cependant plusieurs heureuses années.

Une opportunité me fut donnée de déménager dans une vieille maison au milieu d’une campagne verdoyante, dans la commune de Crevant, au village des Planches (les Planches... nom prédestiné puisque lié aux arbres et à l’artisanat!).

Mon itinéraire a peut-être changé, mais c’est toujours le même chemin, comme je l’ai appris sur la route de Compostelle en 2019.

Dans mon nouveau lieu d’habitation et de travail, mon projet est toujours d’apprendre, pour devenir plus autonome sans oublier la transmission qui demeure la raison d’être de mes activités. Cet apprentissage s’exerce dans de nombreux domaines qui complètent mes connaissances et savoir-faire acquis dans le domaine de la reliure (mais vous savez que je ne suis pas que relieure, même si cette activité continue de me passionner et j’ai sur l’établi de nombreux travaux en cours).



Ma première priorité fut le jardin où j’ai mis en œuvre mon intérêt pour la permaculture (fondée sur l'observation des écosystèmes et des cycles naturels et leur imitation). Le jardin est toutefois une sacrée leçon d’humilité ! Après avoir planté des arbres issus des pépinières locales pour disposer très vite d’un verger, j’ai réalisé que cette opération ne me dispenserait pas de tondre la pelouse, corvée qui occupe le temps que je pourrais consacrer à des activités plus intéressantes et surtout inadaptée dans une optique de jardin forêt. C’est ainsi que j’ai décidé de semer les graines de futurs végétaux, sachant que, poussant naturellement dans ces conditions, devenus adultes ils mettront en œuvre leurs mécanismes d’auto-défense et tapisseront le sol de leurs feuilles, créant un humus protecteur et nourrissant. Cette approche vise aussi à partager : ses savoirs, ses techniques et ses aliments. Et, loin de concevoir un jardin qu'utilitaire, le mien comprendra des plantes médicinales et tinctoriales.



Ensuite ont débuté des travaux d’aménagement dans une dépendance pour y installer mon atelier. Tout était à faire dans ce bâtiment qui ressemblait plus à une étable abandonnée qu’à un lieu de travail. Je l’ai remodelé en concevant des plans dont la réalisation fut confiée à des artisans locaux. Il m’a fallu me transformer ensuite en cheffe de chantier pour aboutir après plusieurs mois au résultat actuel. Je dispose aujourd’hui d’un environnement favorable à ma création : les éléments naturels y dominent (bois et pierres apparentes) et, grâce à l’installation d’une mezzanine et une division opérationnelle de l’espace (en plusieurs parties pour les machines, un bureau et des postes de travail pour de futurs stagiaires), l’endroit est structuré de manière fonctionnelle. C’est un écrin pour les écrins protégeant les livres et, comme tout le reste, cet atelier est aussi ma signature.

J’y ai déjà logé et accueilli une stagiaire au printemps dernier et je suis prête à en accueillir d’autres, pour donner envie et vivre de vrais partages au-delà des seules activités. Un programme de formation vous sera bientôt proposé pour 2024.



Comme vous voyez, je ne me suis pas mise en marge... j’ai juste pris un peu de recul. Ce qui ne m’empêche pas de rester au contact de mes clients (et certains d’entre vous me sont fidèles) et des milieux professionnels. J’ai ainsi réalisé plusieurs travaux qui m’ont été demandés localement ou en Île-de-France. Et j’ai été invitée par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de l’Indre, à participer, en tant que seule relieure, du 31 mars au 2 avril, aux Journées Européennes des Métiers d’Art dans le cadre majestueux du couvent des Cordeliers à Châteauroux. C’était, dans la période récente, une nouvelle occasion de présenter mes plus belles reliures qui me furent confiées par plusieurs clients, que je remercie ici. En la circonstance, j’ai bénéficié d’un excellent accueil du public et d’un bon éclairage dans la presse départementale, relayée sur des sites Internet.



Je suis donc toujours (et plus que jamais!) en activité et au contact des milieux culturels, tant dans mon domaine professionnel (pour suivre l’actualité de mon métier), que plus largement en visitant les expositions proposées dans les grandes agglomérations.



24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page