Rechercher

Les différentes techniques (suite) : quelques coutures apparentes.


Livre à coutures visibles ou longstitch



Il s’agit d’une reliure sans colle permettant une large ouverture des cahiers et une grande flexibilité du dos. Les trous se font sur le dos du carnet et la distance entre l'un et l’autre lui donne épaisseur et intérêt visuel. Elle permet également d’adapter facilement l’épaisseur du dos au contenant, très utile entre autres pour les albums photos ou les feuilles à reliefs.







Criss cross ou reliure secrete belge


.

Cette reliure a été créée dans les années 1980 par Anne Goy, relieur belge. Cette reliure est une adaptation de la reliure extrême orientale pour nos livres occidentaux. Les plats ainsi que le dos de la couverture sont attachés ensemble grâce à un fil entrecroisé. Les cahiers du livre sont cousus sur ce fil.

Elle présente une ouverture totale, idéale pour dessiner ou écrire. La couvrure se constitue de trois pièces de cartons reliées entres elles par des fils de couture.


Cette technique d'assemblage permet de jouer sur les matières et les couleurs. Je l’adore et l’utilise pour la confection de mes carnets que vous retrouverez dans ma boutique.


Couture ou reliure copte

C’est une reliure sans colle (enfin sauf pour recouvrir les plats de papiers décorés) dont la couture a 2 avantages : d’une part, esthétique, elle forme une sorte de tresse plutôt jolie et d’autre part, en reliure traditionnelle, elle ne « monte » que très peu.

Je l’utilise également pour les carnets car elle offre une bonne ouverture. Mes carnets reliés (ou cousus) de cette manière s’ouvrent parfaitement à plat, idéal pour dessiner ou écrire librement.

Le design est sobre et élégant, très solide malgré son apparente fragilité. Couture en fil de lin.



Cette photo illustre une couture à six aiguilles (pour un format 10X15)










Reliure Tue-mouche

La reliure "tue-mouches" est une reliure

sans colle (ou presque), à l'origine toute en papier et cousue au fil de lin, comme présentée sur la photo ci-contre.










Elle offre une ouverture optimale et a l’immense avantage d’intervenir très peu sur le livre. Cette technique mise au point par le jeune et talentueux relieur Benjamin Elbel a été adaptée dans une version plus sophistiquée, ci-contre, en cuir et feuille de pierre.





Reliure à plats rapportés « Passée carton » dite à la Jean de Gonet



Cette structure a été rendue populaire par Jean de Gonnet qui à donné son nom à cette structure. Il les réalisait cousues sur des rubans de couleur dont les plats étaient moulés en Revorim, matériau semi-industriel, alliant esthétique, fonctionnalité, design et coût réduit. Le livre est cousu sur des supports qui resteront visibles sur le dos (ficelles surbrodées ou rubans). L'arrondi du dos est faible et sans endossure. La carte à dos est fractionnée, recouverte à part elle se place entre les supports de couture. Les cartons sont biseautés en prolongement de l'arrondi du dos, ils sont couverts à part et collés sur la première garde blanche, puis les supports de couture traversent ces cartons assurant ainsi une solidité maximum.


Voilà, pour cette deuxième série. Vous découvrirez plus tard, la reliure à "mors ouverts", souple ou encore accordéon, mais en attendant, n'hésitez pas à me laisser vos commentaires ou m'adresser vos questions.

46 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout